PARTI SOCIALISTE DE COMMENTRY/MONTMARAULT

mercredi 22 mars 2017

LA POLITIQUE EST A NOUS !

17426152_10155152518297264_5692598734035009494_n"Avec Yannick Jadot et Michel Wieviorka nous avons souhaité inviter quarante personnalités de la société civile, parmi lesquels Nicolas Hulot, Patrick Weil, Julia Cagé, Claude Alphandéry, Raphaël Glucksman, Egdar Morin à enrichir le débat public dans le but de renforcer le lien entre les responsables politiques et la société civile, notamment le monde la recherche. Cet ouvrage collectif a été pensé pour tisser un nouvel espoir." Benoit HAMON publie un livre à paraître ce 23 mars, intitulé " La Politique est à nous ! "

Depuis de trop longues années le débat public s’enlise. Les idées nouvelles sont abandonnées avant même d’être observées avec rigueur et intérêt. Ces dernières années, le débat politique s’est vu monopolisé par les questions identitaires, souvent nauséabondes, et les questions budgétaires, anxiogènes et réductrices.

Aujourd’hui encore, à quelques semaines d’une élection présidentielle déterminante pour l’avenir de notre pays, le débat est pollué par l’argent et les affaires judiciaires. Ce constat ne serait pas si dramatique si le Front national n’était pas aux portes du pouvoir. Le repli nationaliste, le rétrécissement identitaire, le rejet de l’autre peuvent demain l’emporter. Si nous n’avons rien de neuf à proposer aux Français, pas d’imaginaire puissant et collectif, pas de solutions concrètes, pas de vision d’un futur enfin désirable, alors nous nous résignons à voir le parti de la peur exercer le pouvoir dans notre pays. Il ne nous faut jamais oublier cette phrase d’Hannah Arendt, « c’est dans le vide de la pensée que s’inscrit le mal ».

La France et les Français ont besoin d’une grande respiration. Ils sont fatigués par les rentiers du vieux monde qui les somment de se plier toujours plus aux logiques libérales dont les années passées ont montré la cruelle inefficacité.
Les Français sont lassés. Lassés d’entendre parler depuis 40 d’une crise qui ne veut pas finir. Lassés de s’entendre dire qu’ils ne font pas assez d’efforts, qu’ils ne travaillent pas assez, pas assez longtemps, pas assez dur. Fatigués par ces discours culpabilisants et stigmatisants d’une France des assistés, d’une France de fainéants. Et certains voudraient continuer avec les vieilles recettes d’hier qui n’ont pas fonctionné : plus de libéralisme, plus de rigueur, 100 milliards d’économies ici, 60 milliards là, moins de protection sociale, moins de services publics… Pour quels résultats ? Une croissance qui ne revient pas et un chômage toujours aussi important. N’est-il pas temps de tourner notre regard ailleurs ?
Regarder ailleurs, c’est d’abord regarder vers ce qui fait la force de notre pays. Car la France n’est pas en déclin comme certains le prétendent. Il n’y aucune fatalité aux difficultés que nous traversons. Le cœur de la France est robuste. Mais je suis frappé de voir combien de femmes et d’hommes politiques sont aveugles dans notre pays. Aveugles devant ceux qui agissent, cette foule qui invite et construit au quotidien le monde nouveau, le monde de demain.
Partout, en ville et à la campagne, dans les associations, les entreprises, les centres de recherche, les institutions, une multitude d’initiatives et d’expériences inventent un vivre et un faire ensemble qui répare la société, prend soin des femmes, des hommes et de la nature, tisse de nouvelles solidarités et revitalise la démocratie.
Si vous demandez à un citoyen de citer le nom d’une femme ou d’un homme politique, il vous donnera, j’en suis sûr, le nom d’une femme ou d’un homme politique de premier plan. Personne ne pensera à dire son propre nom. C’est cela qui doit nous préoccuper. Nous avons perdu le sens du mot « politique ». La politique, étymologiquement, c’est la participation à la vie de la cité. Il faut donc le dire : nous sommes toutes et tous des femmes et des hommes politiques. C’est là tout le sens du titre de ce manifeste : la politique est à nous. C’est pourquoi je ne suis pas un homme providentiel, c’est pourquoi aucune femme ou homme politique ne l’est. Car la politique doit être et demeurer l’affaire de tous. Il y a donc urgence à régénérer le débat d’idées, à donner la parole à tous, le plus largement. C’est pourquoi, nous avons fait le choix de donner la parole à la société civile. Nous ne l’écoutons pas assez alors qu’elle retient en son sein, toutes les solutions de demain.
La parole des ces quarante citoyennes et citoyens n’a pas valeur de soutien. En revanche, nous souscrivons tous au même constat : les vieilles recettes doivent être résolument abandonnées et le futur regardé sans angoisse.
Ce manifeste est sans complaisance sur notre présent et les maux que nous subissons. Mais il ouvre la voie à un dialogue renouvelé et fécond entre les responsables politiques et la société civile. Il me paraît évident que c’est dans cette démarche collective et horizontale que notre futur commun se construira.
Cette vitalité me rend résolument optimiste.Dans cette époque troublée, où la France s’offre parfois désanchantée au regard du monde, je pense souvent à cet apostrophe de Yasmina Khadra : « C’est un beau pays la France. Se rend-elle compte de sa féérie ? Elle ne se rend même pas compte de ses chances ». S’il fallait résumer l’ambition de ce manifeste, voilà ce qu’il faudrait penser : la France est forte de ceux qui la font vivre. C’est donc avec eux que nous bâtirons la France bienveillante et fraternelle de demain.

Posté par secret ps ctry à 16:37 - Permalien [#]
Tags : , ,

mardi 21 mars 2017

Au revoir Henri EMMANUELLI

Photo-Henri-Emmanuelli

Henri EMMANUELLI vient de nous quitter. Originaire des Basses-Pyrénées, issu d’un milieu populaire, il avait adhéré au Parti Socialiste en 1971. Proche de François MITTERRAND dont il a été Ministre au début des années 80, Henri fut pendant deux décennies, Député des Landes, département qui lui tenait particulièrement à coeur et pour lequel, il a présidé aux destinées du Conseil Général.

Président de l’Assemblée Nationale, Premier secrétaire du Part socialiste, Henri EMMANUELLI resta fidèle à sa ligne politique ; celle d’une gauche exigeante et intransigeante sur les valeurs et l'histoire du socialisme. En 2005, hostile au Traité Constitutionnel Européen, il y voyait « une renonciation à l'idéal d'une Europe fédérale », pour laquelle il argumentait, notamment dans « son Plaidoyer pour l’Europe ».

Il avait également publié un roman de fiction en 2000, Citadelles Interdites chez Ramsay, qui avait pour décor, sa Région. En janvier 2017, il apportait son soutien à Benoit HAMON lors de la Primaire de la gauche.

D’une nature franche, tout à la fois râleur et jovial, Henri était connu pour ses déclarations parfois tonitruantes, salles des 4 colonnes à l’Assemblée. Ou encore pour sa fidélité à F.MITTERRAND. C’est une figure de notre Parti qui vient de partir. Au revoir Camarade !

Posté par secret ps ctry à 11:35 - Permalien [#]

Retour sur la commémoration de Commune

FeteCommune

Posté par secret ps ctry à 05:08 - Permalien [#]

lundi 20 mars 2017

Le projet de Benoît HAMON pour faire battre le cœur de la France

 

Mon projet pour faire battre le cœur de la France

Mon projet pour faire battre le cœur de la France Retrouvez la conférence de presse de présentation du projet Retrouvez les verbatims de la la présentation du projet Retrouvez les visuels à partage...

https://www.benoithamon2017.fr

 



Posté par secret ps ctry à 15:52 - Permalien [#]
Tags :

REUNION PUBLIQUE - ELECTIONS PRESIDENTIELLES

TractRPHamon

Posté par secret ps ctry à 07:27 - Permalien [#]
Tags : , ,

dimanche 19 mars 2017

VIVE LA COMMUNE !

P1110986'[2](1)

Samedi 18 mars, les Socialistes de Commentry-Montmarault étaient réunis sur le parvis de l’hôtel de ville de Commentry pour célébrer la Commune de Paris.

En effet, le 27 janvier 1894, notre député à blouse Christophe Thivrier s’écriait en pleine assemblée nationale "Vive la Commune". Mouvement insurrectionnel de l'histoire de la capitale, la Commune de Paris marqua le soulèvement due son peuple en 1871, contre le gouvernement d’Adolphe Thiers et le pouvoir conservateur.


Proche de l’autogestion, cette tentative de “gouvernement du peuple” a permis l’invention du droit du travail, l’école laïque, gratuite et mixte. Mais aussi la culture indépendante du pouvoir, les prémices des services publics.


C’est en mémoire de cette insurrection que la municipalité de Commentry arborait naguère, le drapeau rouge au balcon de l’hôtel de ville le 18 mars comme témoin éclatant de ces luttes.


Les employés communaux avaient droit à un jour de congé, considéré comme un acquis social, pour mieux souligner ce que fut la première tentative de «gouvernement de la classe ouvrière». A Commentry, une "rue de la Commune de Paris" et une "Rue du 1-er Mai", démontrent, s’il le fallait, l’attachement à notre histoire à laquelle notre petite patrie locale a pris sa part.


Mais le drapeau rouge ne flotte plus au balcon de notre “maison commune” depuis en 2001. Ni le 18 Mars, Ni le 1er Mai. On ne peut que regretter cet abandon de l'histoire, ancrée dans le cœur des habitants.


17362716_1413545432044294_4358951031670674820_n

« Nous aimons à penser, que lorsque le drapeau rouge flottait sur notre Hôtel de Ville, ce n'était pas seulement une tradition qui se poursuivait, mais un engagement, afin que nos anciens n'aient pas honte de nous » comme aimait à le rappeler notre Sénateur-Maire Georges Rougeron.


C’est pourquoi nous appelons la municipalité à remettre le drapeau rouge au balcon le 18 mars et le 1er mai. A rétablir l’histoire qui appartient à tous les Commentryens. A ressortir le blason de Commentry, symbole de forge et de la mine. Tenter, braver, persister, persévérer, affronter la puissance injuste, tenir bon et tenir tête ; voilà l’exemple dont les peuples ont besoin !


Vive la Commune, vive la Sociale, vive la République, Vive Commentry !

Posté par secret ps ctry à 11:27 - Permalien [#]
Tags : , , , ,

samedi 11 mars 2017

Les Socialistes fêtent la Commune de Paris

Le Parti Socialiste de Commentry/Montmarault fêtera la Commune, samedi 18 mars, à 10 h, devant l’Hôtel de Ville de Commentry.  Mouvement insurrectionnel de l'histoire de la capitale, il marqua le soulèvement du peuple de Paris en 1871, contre le gouvernement d’Adolphe Thiers et l’Assemblée Nationale conservatrice.

Proche de l’autogestion cette tentative de “gouvernement du peuple” a permis l’invention du droit du travail, les prémices de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la liberté de la presse, l’enseignement laïc et gratuit mixte. Mais aussi la culture indépendante du pouvoir, les services publics.

C’est en mémoire de cette insurrection que la municipalité de Commentry arborait le drapeau rouge le 18 mars, témoin éclatant de ces luttes.

Les employés communaux avaient droit à un jour de congé, considéré comme un acquis social, pour mieux souligner ce que fut la première tentative de «gouvernement de la classe ouvrière». Une "rue de la Commune de Paris" et une "Rue du 1-er Mai", démontrent, s’il le fallait, l’attachement de Commentry à l’histoire nationale à laquelle elle a pris sa part. ​

Mais le drapeau rouge ne flotte plus au balcon de notre “maison commune” depuis en 2001. Ni le 18 Mars, Ni le 1er Mai. On ne peut que regretter cet abandon de l'histoire constitutive de la cité, ancrée dans le cœur des habitants.

Nous aimons à penser que lorsque le drapeau rouge flottait sur notre Hôtel de Ville, ce n'était pas seulement une tradition qui se poursuivait, mais un engagement, afin que nos anciens n'aient pas honte de nous.

C’est pourquoi nous appelons la municipalité de Commentry à remettre le drapeau rouge au balcon le 18 mars et le 1er mai. A rétablir l’histoire qui appartient à tous les Commentryens.

CartonFeteCommune

Posté par secret ps ctry à 08:00 - Permalien [#]
Tags : , ,

vendredi 10 mars 2017

Reidroc a dédicacé son petit dernier...

Dédicace Reidroc

Posté par secret ps ctry à 06:22 - Permalien [#]
Tags : , , ,

mercredi 8 mars 2017

L'Allier avec Benoît HAMON

17190706_230514824088289_2234274041137699625_n

17190582_230514834088288_7775539941441606183_n

Posté par secret ps ctry à 18:23 - Permalien [#]
Tags : , ,