steam-locomotive-2980988_640

Le quotidien régional se fait écho de la proposition de la députée de Montluçon de remettre en service la ligne SNCF Montluçon-Moulins selon deux scénarios : rouvrir l’ancienne ligne aujourd’hui désaffectée ou en créer une qui longerait la RCEA.

Si bien entendu l’idée peut être tout à fait louable, il se pose de nombreux problèmes techniques et financiers que nous avons voulu développer ici.

En effet, nous écartons immédiatement l’hypothèse de la création d’un deuxième itinéraire longeant la RCEA qui plus est, électrifié tant les coûts d’étude et de réalisation semblent peu réalistes au moment où il faut terminer la mise en 2X2 voies de la RCEA d’une part, et d’autre part, maintenir et entretenir le réseau ferré existant.

Mais revenons à l’ancienne ligne Montluçon-Moulins. Mise en service en 1859, la ligne Montluçon-Moulins doit fermer en 1965 ; le trafic voyageurs entre Montluçon et Moulins est alors reporté sur la route, la section entre Montluçon et Commentry étant toujours utilisée pour les liaisons intercités Lyon-Bordeaux (jusqu'en 2012) et le TER Montluçon-Clermont-Ferrand. Depuis, les vélorails du Bourbonnais circulent sur 10 km de voie ferrée au départ de la gare de Noyant-d’Allier.

De Commentry à Moulins, le trafic voyageurs a cessé depuis 1972. Les voies sont aujourd'hui coupées au niveau de Chavenon, Doyet et Malicorne. En effet, le contournement de Commentry effectue un passage en tranchée. Les voies sont comblées à Chavenon. Le PS de Commentry a obtenu en 2016, par l'action de son secrétaire Cyrille Darrigade et du conseiller du Ministre des Transports, les travaux de réparation des voies en gare de Commentry et sur le tronçon Commentry/Lapeyrouse/Saint Bonnet de Rochefort.

Aujourd'hui, il est possible d’effectuer la desserte Montluçon/Moulins par autocar via le réseau du Conseil départemental « Trans’Allier ». Ou en co-voiturage, le Département ayant développé des aires.

Autre problème à l’arrivée d’un train en provenance de Montluçon pour Moulins : le pont de fer qui enjambe l’Allier à Moulins est impropre à l’usage. Construit en 1858, il est aujourd’hui condamné. Enfin, la section de Souvigny à Moulins n’est plus ouverte au trafic fret depuis 2015.

Bien entendu, le débat sur le TGV dans l’Allier a permis d’évoquer la réouverture de ce tronçon, notamment dans le cadre du projet de liaison Paris-Orléans-Clermont-Ferrand-Lyon (POCL), mais il a été jugé que l’état général du rail était mauvais et qu’il ne s’agissait pas d’une priorité.

x-73900-1347500_640

Enfin, l’hypothèse et proposition de relier Montluçon à Moulins  via Commentry en près de 30 minutes ne semble actuellement pas possible. L’actuel tronçon  Montluçon-Commentry ne permet pas de vitesses élevées. Il n’est en effet possible de circuler qu’entre 70 et 105 km, avec de nombreux ralentissements à 40 km. La circulation est composée de TER Dans l’ensemble, le tracé de la voie ne permet pas des vitesses élevées (entre 70 et 105 km/h) et oblige à des ralentissements à 40 km/h. Les circulations sont de type voyageur (TER) et fret.



Pour moderniser cet itinéraire Montluçon-Moulins, il faudrait donc :

  • rouvrir les gares entre Commentry et Moulins
  • rétablir les passages à niveaux
  • remettre les voies (improbable en partie)
  • doubler la voie
  • électrifier la voie.


En conclusion, il est urgent et nécessaire de trouver des solutions :

- pour le train d’équilibre du territoire de Montluçon/Paris en demandant l’installation d’une motrice bi-mode ; le matériel ayant été commandé par l’Etat. En réunissant autour de la table, le Ministère des Transports, la Région, la Ville de Montluçon, SNCF Réseau, SNCF Mobilités, RFF.

 

- La 1ère ville du Département qu'est Montluçon en terme de bassin de population ne peut plus attendre pour son développement de se contenter d'un matériel obsolète et de temps de trajets trop longs ! (4 à 4h30).


- Terminer la mise en 2X2 voies de la RCEA et de la RN7 pour achever le désenclavement routier de l'Allier.