republiqueoulamortSarkozy avait dans son discours de Latran, invoqué la supériorité du curé sur l'instituteur. Il a trouvé un digne successeur en la personne d'Emmanuel Macron. Après ses excuses à la Manif pour Tous, voici qu'il court à la Conférence des Evêques de France pour "réparer" le lien entre l'Eglise et l'Etat, qui "s'est abîmé".

Son crédo : "un président de la République prétendant se désintéresser de l'Église et des catholiques manquerait à son devoir". Mais E.Macron a manqué à son devoir car, "La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte."

Cependant, pour échapper à la loi de 1905, il sort sa "poudre de perlimpinpin" : "Pour des raisons à la fois biographiques, personnelles et intellectuelles, je me fais une plus haute idée des catholiques. Et il ne me semble ni sain ni bon que le politique se soit ingénié avec autant de détermination soit à les instrumentaliser soit à les ignorer", a expliqué le président.

Le sabre et le goupillon

Voici donc que le Chef de l'Etat après avoir sorti le sabre de réformes sociales iniques : privatisation de la SNCF, CSG, baisse des APL, sélection à l'entrée des Universités, le voilà maintenant ciboire d'une main et goupillon de l'autre, en ventant la lithurgie catholique, au moment même où il fait voter une loi malveillante sur le droit d'asile et l'immigration.

coprince

C'est ainsi que pour faire diversion dans un pays où la contestation monte dans tous les corps sociaux, il cajole la frange électorale la plus à droite possible, avec un "Te Deum" à l'eau de rose, au Collège des Bernardins.

Alors qu'il va réformer la Constitution en introduisant un pouvoir présidentiel fort sans le dire, Macron prouve que la 5ème République est devenue dangereuse lorsqu'elle se trouve entre les mains d'un Président qui vient la confondre avec l'Empire et toutes les dérives monarchiques. Le 1er Empire, le Second Empire...bientôt le troisième en PIRE ?

Jamais aucun Président jusqu'ici n'a usé de ses titres honorifiques à des destinées de récupérations politiques : Grand Maître de la Légion d'honneur passons encore. Mais Chanoine de Latran poussé à son paroxysme, cela pose question. Après son passage à la Conférence des Evêques, va t-il maintenant se rendre à Andorre dont il est co-Prince pour nous faire l'apologie de l'aristocratie monégasque et ensuite des Rois de France ? Qu'en pensent Gérard Collomb, Olivier Dussopt, Jean-Yves Le Drian ? Qu'en pensent celles et ceux qui ont appelé à voter pour lui dès le 1er tour des élections présidentielles, ici et ailleurs, trahissant leur Parti et leur engagement ? Qu'en pensent celles et ceux qui conseillaient "de voir et d'essayer ?"

L'application de la loi de 1905 est claire : pas de manifestation de ses croyances dans l'espace public. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire, la manifestation de cette volonté étant de l'ordre privé.