mercredi 25 avril 2018

BEREGOVOY : LA MORT D’UN JUSTE

PBEREGOVOY2Le mois de Mai, temps des cerises, des luttes et des conquêtes, des victoires électorales du Front Populaire et de François Mitterrand, a cette année, une toute autre tonalité politique, en la perspective du 25ème anniversaire de la disparition de Pierre Bérégovoy. Il mêle la grandeur et le souvenir. Grandeur d’un destin. Souvenir d’une injustice faite à un homme de bien.

 

Fils d’immigrés urkrainiens installés en France après la Révolution d’Octobre, Pierre Bérégovoy revendiquait ses origines ouvrières, les portant comme une fierté, où le travail, l’honnêteté et la persévérance firent de lui, d’abord un ajusteur technique, titulaire d’un CAP en ce domaine. De cours du soir en examen professionnel, il se forgea une bien belle destinée, de la SNCF à Gaz de France, gravissant une après l’autre, les marches de l’échelle sociale, sans jamais trébucher.

 

De son milieu, étaient nées ses convictions républicaines et politiques. Son engagement dans la Résistance, dans syndicalisme puis au Parti Socialiste sonnaient en écho logique des causes qui furent les siennes, un demi-siècle durant.

 

 

mendesbereFormé à l’école de Pierre Mendès France, il prêta son talent au Parti, avant d’entrer au secrétariat de la Présidence de François Mitterrand, puis d’être nommé Ministre des Affaires Sociales, Ministre de l’Economie des Finances, pour finalement être le Chef du Gouvernement, sous le second septennat. Partisan de l’économie de marché à condition qu’elle assure la redistribution et la justice sociale, Pierre Bérégovoy a voulu inscrire son action, entre “le besoin de concilier les obligations du réel et les aspirations de l’idéal”, restant toujours fidèle à l’enseignement de Jaurès.

 

Stabilisant le franc sans jamais se satisfaire de l’inflation et du chômage, sa mission désintéressée au service de l’intérêt général des Français était d’abord d’assurer un un plus juste équilibre entre eux. Sans se départir de ses obligations gouvernementales,  il agissait d’abord pour le peuple des travailleurs, des ouvriers. C’est-à-dire, pour celles et ceux qui n’eurent accès à l’Histoire de notre pays que par de brèves périodes, tout en ayant contribué aux conquêtes sociales, dans la sueur et dans le sang.

 

 

gvtPBeregovoyArrivé à Matignon dans un contexte économique difficile, il engagea de nombreuses mesures sociales : loi contre la pauvreté et l'exclusion sociale et professionnelle, accès à une fourniture minimum d'eau et d'énergie, aide médicale. Il fit également voter une loi sur l'élimination des déchets et la protection de l'environnement.

 

Voyant le monde changer de dimension tout en appelant à une solidarité entre les pays, Pierre Bérégovoy aimait à penser que l’Europe devait se construire par “un patriotisme de mouvement et d’ouverture, sans se réfugier dans le passé”. Il voulait susciter “un espace à la dimension du monde nouveau”. Cet espace, ce fut et c’est encore l’Union européenne.

 

Elu maire de Nevers en 1983, puis député, la ville de la Nièvre lui doit notamment l’implantation du circuit de Magny-Cours et l’Institut Supérieur de l'Automobile et des Transports, pour ne citer que les réalisations fixées dans la mémoire collective.

 

Alors qu’il avait fait de sa priorité, la lutte contre la corruption, il est violemment mis en accusation pour un prêt sans intérêts, à la force d’ une campagne acharnée d’une partie des médias et de ceux qui en pareille circonstance, hurlent avec la meute. Il en souffrira comme on souffre d’une injustice que l’on ne peut vaincre.

 

legislatives93

Après une campagne difficile, les élections législatives de mars 1993 ne firent pas mentir les pronostic. L'ampleur de la défaite socialiste demeurait importante. Sur les 577 sièges de l'Assemblée, la majorité présidentielle n'en conservait que 67 et le PC 24, la nouvelle majorité s’installait de manière écrasante avec 485 sièges (207 pour l'UDF, 242 pour le RPR et 36 pour les divers droite).

 

Pierre Bérégovoy, acculé par les accusations publiques qui accablaient sans répit sa probité personnelle, encaissa un second choc dont il se jugea responsable, nonobstant sa réélection comme député de la Nièvre. 3 millions de chômeurs, une montée de l'exclusion sociale, une conjoncture morose, l'usure de la gauche au pouvoir...vinrent l’enfermer en lui-même, comme muré dans ses propres reproches. Ignoré politiquement par une partie des siens, certains lui reprochent même leur propre déroute électorale.

 

Parce qu’il y a “des mots, des caricatures, des images qui ont la puissance des balles”, le 1er mai 1993, en fin d’après-midi, Pierre Bérégovoy cheminait sur les bords du canal de Sermoise-sur-Loire, “à ne plus pouvoir se plaindre, à ne plus pouvoir crier”. Plutôt que de subir l’affront du doute, la salissure dont on accablait un homme d’Etat capable et un citoyen honnête, il marcha au bout de sa vie.

 

PBEREGOVOY«Toutes les explications du monde ne justifieront pas qu’on ait pu livrer aux chiens l’honneur d’un homme et finalement sa vie, au prix d’un double manquement de ses accusateurs aux lois fondamentales de notre République, celles qui protègent la dignité et la liberté de chacun d’entre nous», déclara le président François Mitterrand lors de ses obsèques, le 4 mai 1993 à Nevers.

 

25 ans ont passé. Les frondaisons, la lumière du printemps triomphant et le reflet vert bleuté du canal rappellent, par une stèle de granit rose,  qu’« ici le 1er mai 1993, un Juste a retrouvé la Paix, dans la nuit de ce monde, le Juste brillera ». Puissions-nous entendre ce message et le méditer.

C.D.

 

Reproduction du texte interdite, sans autorisation, même partiellement.

Posté par secret ps ctry à 08:42 - Permalien [#]

lundi 23 avril 2018

Asile & Immigration : réaction d'Olivier FAURE

21640924_1579593328766582_2287937999454164698_oOlivier FAURE, Premier secrétaire du Parti Socialiste vient de réagir suite au vote de la loi "Asile et Immigration".

Le titre du projet de loi « pour une immigration maîtrisée, un droit d’asile le effectif et une intégration réussie » présentait l’ambition d’un équilibre qu’il n’a jamais eu, ni trouvé dans le débat parlementaire.

Pour la première fois, sur un projet de loi ayant pour objet l’immigration, un gouvernement obtient sur certains articles la neutralité ou le soutien de l’extrême droite.

Le projet revient ainsi sur les conditions d’accès au droit d’asile, le droit au juge, le respect des droits de la défense. Il contrevient aux droits de l’enfant en doublant la durée de leur présence dans les centres de rétention administrative (CRA) dont ils devraient être exclus.

Contraires aux convictions de très nombreux parlementaires, y compris dans les rangs de la majorité, le Gouvernement a eu pour unique obsession le verrouillage de sa propre majorité. Maniant la carotte et le bâton, l’exécutif a fini par céder sur le délit de solidarité pour mieux menacer d’exclusion ceux qui s’opposeraient au texte.

Ce texte, loin de répondre aux situations humaines des réfugiés, ne répond pas d’avantage à l’exigence de régulation du système d’asile. Il se limite à donner des gages à une opinion publique inquiète parce que livrée aux préjugés et sans repères.

C’est en réalité la politique européenne de l’asile qui est à revoir. Ce sont aujourd’hui les accords de Dublin et du Touquet  qu’il faut remettre à plat pour leur substituer un véritable droit d’asile européen qui oriente avec intelligence et humanité les réfugiés sur les territoires où leur intégration est la plus plausible.

C’est ce projet là que les Socialistes continueront de porter en France comme à l’échelon européen.

Posté par secret ps ctry à 13:56 - Permalien [#]

"13h15 le dimanche" : Danielle et François, ensemble malgré tout

Capture d'écran 2018-04-23 11

Dans le cadre de sa série documentaire "Alliance(s), couples de pouvoir", le magazine "13h15 le dimanche"  s'intéresse à celui formé par François et Danielle Mitterrand. Ce documentaire a été diffusé ce dimanche 22 avril.

Ils ont tous les deux passé quatorze ans à l'Elysée. Jamais un couple n’était resté si longtemps au sommet de l'Etat, après toute une vie passée à conquérir puis à exercer le pouvoir, chacun à sa manière.

Retour sur un destin fascinant et romanesque qui aura marqué durablement l’histoire de la Ve République.

Pour revoir le replay, cliquez sur le video ci-dessous :

 

"13h15 le dimanche". Danielle et François, ensemble malgré tout

Dans le cadre de sa série documentaire "Alliance(s), couples de pouvoir", le magazine "13h15 le dimanche" s'intéresse à celui formé par François et Danielle Mitterrand. Retour sur un destin fascinant et romanesque qui aura marqué durablement l'histoire de la Ve République.

https://www.francetvinfo.fr

 

Posté par secret ps ctry à 11:45 - Permalien [#]

samedi 21 avril 2018

Journée nationale du souvenir des victimes et des héros de la déportation

Cartondeportation14042018 - copie 2

Comme chaque année ce dernier Dimanche d’avril est consacré à la journée du souvenir des Victimes et Héros de la Déportation. Cet hommage sera rendu dimanche 29 avril à 11h, au monuments aux morts de Commentry. Il rappelle la tragédie des camps de concentration nazis et le courage de ceux qui ont lutté pour la sauvegarde de la dignité humaine.

Cette célébration n’est pas uniquement tournée vers l’histoire ou le passé, mais bien vers notre présent et notre avenir. Le message que nous délivrons, c’est celui d’un combat acharné contre les formes actuelles de résurgence d’idéologies dangereuses.

Face à la montée du nationalisme, de la xénophobie, du racisme et de l’antisémitisme, au déchaînement de fanatismes politiques ou religieux et à la fréquente remise en cause des principes du droit et de la démocratie, le message des déportés est toujours d’actualité.

Les conflits qui déchirent plusieurs parties du monde, les millions de femmes, d’hommes et d’enfants en exode forcé, le terrorisme international, la tentation du repli face à l’indispensable solidarité, requièrent une action commune contre ces dangers qui menacent notre avenir. Nous devons donner son plein sens à la devise de la République : Liberté – Égalité – Fraternité.

Nous devons réaffirmer ce que l’Europe nous apporte : la paix et sur quoi elle est fondée : l’unité dans la diversité. Puissions nous saisir ces enjeux et les traduire en acte pour affermir notre volonté de vivre ensemble, dans la paix, la tolérance et le respect, autour des valeurs de démocratie et d’amitié entre les peuples.

Posté par secret ps ctry à 10:48 - Permalien [#]
Tags : , ,

jeudi 19 avril 2018

Syrie : un bombardement, et après ?

 TRIBUNE DE PAUL QUILES, Ancien Ministre

Syrie : un bombardement, et après ?

ob_a0527a_paul-quiles-portrait

Les explications du Président de la République et du Ministre des affaires étrangères concernant les bombardements effectués en Syrie par les forces américaines, françaises et britanniques sont insuffisantes et contradictoires.

 

On nous dit que la « ligne rouge » a été franchie par le régime de Bachar el Assad, sans que l’on sache qui est habilité à la fixer, en l’absence d’accord au Conseil de sécurité de l’ONU. De quel droit un ou plusieurs pays peuvent se substituer aux organisations internationales compétentes pour apprécier et juger ces crimes de masse ? Qui est habilité à définir la sanction et à « punir » ?

 

Comment peut-on dire que l’intervention est « légitime » en invoquant le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies alors que celui-ci prévoit[1] que la décision d’intervenir militairement est le fait du Conseil de sécurité et pas de tel ou tel Etat qui s’érige en justicier international ?

 

Quant à la référence qu’a faite le ministre des Affaires étrangères à la résolution 2118 du Conseil de sécurité ayant pour objet l'utilisation d'armes chimiques en Syrie, adoptée à l'unanimité le 27 septembre 2013, elle n’est pas complète. Ici aussi, il est bien précisé que c’est le Conseil de sécurité qui prend la décision d’intervenir militairement en cas d’emploi d’armes chimiques.

 

      L’emploi de la force en dehors des dispositions de la Charte des Nations Unies comporte de graves risques. Malgré ses grandes insuffisances, l’ONU reste une instance indispensable pour le règlement de la plupart des conflits dans le monde. Pour éviter les blocages comme celui qui vient encore de se produire, il faudrait que soit reprise la proposition faite au secrétaire général de l’ONU le 2 décembre 2004, qui recommandait que le droit de veto ne soit pas utilisé au Conseil de sécurité « en cas de génocide ou de violation massive des droits de l’Homme ». La France se devrait de proposer à nouveau[2] cette remise en cause du privilège dont dispose le « club des cinq » depuis 1945, privilège aujourd’hui abusif alors que notre monde ne ressemble plus, par bien des aspects, à celui de la fin de la seconde guerre mondiale.

 

       Par ailleurs, comment peut-on affirmer que « l’opération est réussie sur le plan militaire » sans donner de précisions sur l’efficacité des frappes réalisées par les 105 missiles (85 américains, 12 français[3], 8 britanniques), dont 76 tirés sur le seul Centre de recherche et de développement de Barzeh. La Russie, pourtant traitée de « complice » des utilisateurs de l’armement chimique, avait été informée des frappes et, très probablement, les responsables russes ont prévenu les Syriens….qui ont pu déménager une partie de leurs stocks.

 

      Comment se fait-il que les grandes puissances n’aient pas accordé plus d’importance à la bonne application de la « Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction », que la Syrie a fini par ratifier en 2013 ? On aimerait savoir pourquoi les responsables qui s’indignent aujourd’hui ne se sont pas plus mobilisés à la lecture des rapports publiés par l’OIAC (Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques) depuis 2014 sur les stocks d’armement chimique encore présents en Syrie et sur leur utilisation.

 

      Il ne suffit pas de s’indigner, de façon un peu hypocrite, face aux terribles effets  des « armes inhumaines » et de plaider pour la destruction des « armes de destruction massive » (biologiques, chimiques, nucléaires). Il faut aussi regarder en face certaines réalités :

 

- la Convention d’Ottawa (1999) interdisait les mines antipersonnel. Une trentaine de pays – notamment producteurs !- sont demeurés hors de la Convention (dont USA, Russie, Chine, Inde, Iran…)

- la Convention d’Oslo (2010) interdisant les armes à sous-munitions. Elle n’a pas été signée par les USA, la Russie, la Chine, Israël, l’Inde, le Pakistan.

- le protocole de Genève (1925) interdisait déjà l’utilisation des armes biologiques et chimiques et des gaz asphyxiants. Les USA ne l’ont ratifié qu’en 1975 !

- la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction a été signée à Paris le 14 janvier 1993. Le traité est entré en vigueur le 29 avril 1997. Il a été ratifié par 192 Etats. Ne l’ont pas ratifié notamment: l’Egypte, la Corée du Nord, Israël. Tous les stocks déclarés n’ont pas encore été détruits (USA, Irak).

- concernant l’attitude des grands Etats à l’égard des « armes inhumaines », il ne faut pas oublier le massacre d’Halabja (16-19 mars 1988). Cette ville kurde a été soumise à une « attaque punitive » de Saddam Hussein avec des armes chimiques. Le bombardement a fait près de 5000 morts et entre 7000 et 10 000 blessés. Il entrait dans le cadre de l’opération « Anfal » menée par le régime irakien et qui s’est traduite par la destruction de 2000 villages et de 12 villes, entraînant la mort de 200 000 Kurdes. Les Irakiens ont également utilisé à de nombreuses reprises des armes chimiques contre les forces iraniennes, au moins à partir de 1983. A cette époque, les Occidentaux soutenaient l’Irak dans sa guerre contre l’Iran. Les USA ont attendu la fin 1990, après l’invasion du Koweït par Saddam Hussein, pour attribuer le massacre d’Halabja à l’Irak….et pas à l’Iran !

 

     Quant au traité d’interdiction des armes nucléaires, rédigé par une majorité d’Etats de l’ONU qui est en cours de signature au niveau international, il est l’objet d’un silence pudique et hypocrite de la part des grands Etats qui se présentent comme les garants de la paix et du droit international. Il va bien falloir pourtant s’intéresser de près à cette terrible « arme de destruction massive », tout aussi « inhumaine » que l’arme chimique et susceptible de massacrer des millions de « civils innocents », pour reprendre la terminologie largement utilisée ces derniers jours.

 

     Quelles seront les conséquences du bombardement qui vient d’être infligé par 3 pays occidentaux à la Syrie ? L’enquête de l’OIAC dira si les stocks d’armement chimique syriens ont-ils été totalement détruits. Quant au régime de Bachar el Assad, il n’est pas sûr qu’il soit affaibli et qu’il ne conservera pas le soutien actif de la Russie.

 

     De nombreuses questions se posent dans ce Moyen Orient devenu de plus en plus dangereux pour la paix mondiale, avec la constitution de blocs antagonistes de plus en plus enclins à préférer les solutions militaires à la diplomatie. L’heure semble pourtant à présent venue de reprendre le dialogue avec toutes les parties pour parvenir à un cessez-le-feu général et à un règlement durable du conflit syrien sur la base des principes[4] adoptés à l’unanimité par le Conseil de sécurité en 2015.

 

[1] Voici les 3 articles du Chapitre VII qui définissent les conditions dans lesquelles peuvent être menées des « actions en cas de menace contre la paix, de rupture de la paix et d’actes d’agressions » :

Article 39 : Le Conseil de sécurité constate l'existence d'une menace contre la paix, d'une rupture de la paix ou d'un acte d'agression et fait des recommandations ou décide quelles mesures seront prises conformément aux Articles 41 et 42 pour maintenir ou rétablir la paix et la sécurité internationales.

Article 41 : Le Conseil de sécurité peut décider quelles mesures n'impliquant pas l'emploi de la force armée doivent être prises pour donner effet à ses décisions, et peut inviter les Membres des Nations Unies à appliquer ces mesures. Celles-ci peuvent comprendre l'interruption complète ou partielle des relations économiques et des communications ferroviaires, maritimes, aériennes, postales, télégraphiques, radioélectriques et des autres moyens de communication, ainsi que la rupture des relations diplomatiques.

Article 42 : Si le Conseil de sécurité estime que les mesures prévues à l'Article 41 seraient inadéquates ou qu'elles se sont révélées telles, il peut entreprendre, au moyen de forces aériennes, navales ou terrestres, toute action qu'il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales. Cette action peut comprendre des démonstrations, des mesures de blocus et d'autres opérations exécutées par des forces aériennes, navales ou terrestres de Membres des Nations Unies.

 

[2] Suggestion faite par François Hollande à la tribune des Nations Unies.

 

[3] La frégate LANGUEDOC a lancé 3 missiles navals mer-sol SCALP EG à partir de la Méditerranée. Les 5 Rafale and les 4 Mirage ont lancé 9 missiles de croisière air-sol Storm Shadow/SCALP EG.

 

[4] Processus politique dirigé par les Syriens et facilité par l’ONU en vue de mettre en place « une gouvernance crédible, inclusive et non sectaire », d’adopter une nouvelle constitution et d’organiser des élections « libres et régulières » sous la supervision de l’ONU (résolution 2254)

Posté par secret ps ctry à 20:00 - Permalien [#]

Journée Hubertine Auclert le 28/04/18

Programme du 28 avril à ST Priest

Posté par secret ps ctry à 14:40 - Permalien [#]

mardi 17 avril 2018

Europe : un député européen belge écolo remet Macron à sa place !

648x415Epargnant les « premiers de cordées » dans les efforts demandés aux Français, Emmanuel MACRON était aujourd'hui au Parlement Européen, pour discuter de l'avenir de l'Europe.

Après avoir réduit l’impôt des plus riches en France, tout en frappant les plus vulnérables  avec labaisse de l’ISF, l'augmentation de la CSG des personnes âgées, la baisse des APL, il expliqua aux Député.e.s européens que tout allait bien dans notre pays.

Ignorant comme jamais les dispositions protectrices du droit humain en France , il a vanté les mérites de l'Union Européenne en matière d'aide aux migrants, alors qu'il s'apprête à faire voter des dispositions inquiétantes en France. Sans doute la théorie du "en même temps".

Le député belge Philippe Lamberts (ECO) est intervenu avec brio,  passant au crible la politique de Macron :  loi asile et immigration, Notre-Dame-des-Landes, loi renseignement, violences policières, etc. « Votre action en France raconte une tout autre histoire. Une histoire qui met à mal la devise de votre pays : « liberté, égalité, fraternité » », a alors lancé le député.

« Où est la liberté lorsque des policiers armés débarquent au petit matin pour arrêter des jeunes dont le seul tort serait d’avoir occupé pacifiquement un chantier ? Ma fille en était. Elle fut emmenée devant son fils de deux ans loin de chez elle pour subir pendant toute une journée un interrogatoire », a ensuite révélé l’eurodéputé face à un Emmanuel Macron impassible.

« Vous avez pris coutume d’offrir à vos hôtes un cadeau symbolique, permettez-moi de faire de même. » Le député a « offert » une corde verte à  Macron. Une allusion aux "premiers de cordé" ; image qu’Emmanuel Macron avait employée en 2017 pour évoquer « ceux qui réussissent ».

« Votre foi en eux est inébranlable. Dans nos sociétés, cette corde n’existe plus : les riches s’enrichissent, les classes moyennes stagnent et se précarisent tandis que les plus fragiles sont abandonnés à leur sort », a lâché le député belge.

 

 

 

 

 

Posté par secret ps ctry à 19:51 - Permalien [#]

Le moissonneur

cyrille-commentry-14042016 (1)

Dans un champ de blé, un moissonneur s'appuyant sur sa faux, découvre la tombe d'un soldat. Sa casquette à la main, il se recueille et semble méditer.

Réalisé en 1923, le monument aux morts de Commentry, oeuvre de Félix Desruelles, dans un style plus que réaliste, rappelle le sacrifice et le souvenir de la Première Guerre mondiale. Avec le temps, le monument comporte aussi à da droite, une plaque rappelant un extrait de l'appel du 18 juin du Général de Gaulle. Au dos du monument, la liste des différents morts pour la France durant les diverses guerres.

Natif de Valenciennes, Desruelles (1865-1942) était membre de l'Académie des Beaux-Arts. Principalement connu dans le Nord de la France pour ses monuments aux morts dans les années 1920, un square porte son nom dans le 6ème arrondissement de Paris, près de l'Eglise Saint-Germain, et abrite une de ses oeuvres, la Fontaine pastorale.

Exposant des bustes et des figures au Salon à partir de 1883, il fut second au Prix de Rome en 1891 et obtint en 1897, le Prix national des Salons. Médaillé d'or de l'Exposition universelle en 1900 pour "Job", statue en plâtre, on lui doit aussi le buste de Jean JAURES, à DOLE, dans le Jura.


Posté par secret ps ctry à 04:44 - Permalien [#]

lundi 16 avril 2018

Composition du Secrétariat national

 

Composition du Secrétariat national - Parti socialiste

Le Premier secrétaire, Olivier Faure, a présenté la nouvelle direction du Parti socialiste qui a été adoptée par le Conseil national réuni ce jour à Paris. Cette équipe de 24 secrétaires nationaux, contre 80 précédemment, mettra en œuvre le projet de renaissance pour lequel Olivier Faure a été élu par les militants à l'occasion du ...

http://www.parti-socialiste.fr

 

Posté par secret ps ctry à 11:56 - Permalien [#]

Les Présents de la terre

3gracesContinuons le tour de notre patrimoine. Après les 2 églises et le paysan, intéressons nous aux autres oeuvres qui jalonnent et embellissent la ville.

Il y a "Trois Grâces" au Parc de la Mine à Commentry.... C'est ainsi que l'on surnomme la statue de plâtre, oeuvre du sculpteur Pierre Traverse.

Composée de deux beautés callipyges (Allusion à la statue de Vénus), qui portent une corbeille remplie de grappes de raisins, symbolisant les présents de la terre, on peut voir une troisième femme, vêtue à l'Antique.

Réalisée en 1924, cette statue est placée au-dessus de la grande tranchée. Il fait partie d'une série de l'artiste qui a aussi sculpté La Familleet Tendresse maternelle.

Posté par secret ps ctry à 06:30 - Permalien [#]
Tags :